DEVELOPPEMENT LOCAL

Conçu comme une destination de tourisme durable et responsable dans son concept comme dans son exploitation, Villages Nature entend contribuer pleinement au développement économique et social de son territoire d’accueil. Cet objectif rejoint, d’ailleurs, les souhaits exprimés par les élus des intercommunalités du Sud A4 dans leur Livre blanc de 2009. Ainsi, le projet devrait générer, au terme de sa phase 1, environ 7 millions d’euros de recettes fiscales locales par an, et la création de 4500 emplois directs, indirects et induits. Des améliorations en matière de transports ont également été prévues par les pouvoirs publics, en tant que mesures d’accompagnement du projet. Des partenariats étroits pourraient, en outre, être institués entre Villages Nature et les filières agricole et horticole locales, ainsi qu’avec les acteurs du tourisme francilien et seine-et-marnais.

Des emplois permanents et diversifiés

Villages Nature devrait générer environ 1600 emplois directs sur la destination au terme de la phase 1, qui seront créés soit par Villages Nature soit par ses sous-traitants. Les contrats de travail seront, à une grande majorité, à durée indéterminée, comme à Disneyland® Paris (qui comptait 86 % de CDI en 2012). Les recrutements et les formations associées se feront par vagues, à compter d’environ une année précédant l’ouverture au public de la phase 1A (prévue au printemps 2016), puis monteront progressivement en puissance jusqu’à l’ouverture de la phase 1B (prévue fin 2017).
En phase d’exploitation touristique, une importance particulière sera donnée à la polyvalence et à une qualité de service optimale voire, pour certaines fonctions, aux aptitudes linguistiques, afin de s’adapter au mieux aux caractéristiques des clientèles européennes de courts et moyens séjours. En fonction des jours, de 700 à 1200 employés pourraient être présents sur le site simultanément.
La répartition par principaux métiers des effectifs qui seront employés à Villages Nature – forcément encore indicative et approximative à ce jour –  est la suivante :
•    les opérations (accueil et réception, animation, restauration, commerces non alimentaires…) : 770 personnes (48 %)
•    l’hébergement et services (maintenance technique, espaces verts et jardins, propreté, sécurité et hygiène…) : 740 personnes (46 %).
•    les fonctions commerciales et marketing : 50 personnes (3 %)
•    l’administration générale : 40 personnes (3 %)
À ces 1600 emplois directs sur le site, s’ajouteraient environ 1600 emplois indirects (générés par les dépenses des visiteurs de Villages Nature à l’extérieur de la destination) et 1300 emplois induits (engendrés par les achats et les dépenses des salariés de Villages Nature). Au total, environ 4500 emplois directs, indirects et induits seraient ainsi générés par la création de la phase 1 de Villages Nature.

4

Une priorité : soutenir l’emploi et le développement économique local

Pour soutenir et développer l’économie locale, priorité sera donnée à l’emploi de proximité, y compris dès la phase chantier. Ainsi,  à l’issue du débat public de 2011, les maîtres d’ouvrage de Villages Nature se sont engagés à intégrer dans les consultations des acteurs économiques lors des appels d’offres de construction, des entreprises locales susceptibles de répondre au cahier des charges du projet.
Par ailleurs, un groupe de travail territorial, impulsé et coordonné par le Préfet de Seine-et-Marne et le Sous-préfet de Provins, est en place depuis 2012, et a déjà commencé à travailler sur la thématique de l’emploi local lié au projet. Il rassemble, outre le corps préfectoral et Villages Nature, de nombreux services publics et acteurs territoriaux de l’emploi : Unité Seine-et-Marne de la DIRECCTE (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation du travail et de l’emploi), Pôle Emploi, services concernés du Département de Seine-et-Marne et de la Région Île-de-France, élus locaux et intercommunalités du Sud A4, missions locales, organismes de formation et d’insertion professionnelle…
Les travaux de ce groupe de travail s’intensifieront courant 2013, pour mobiliser l’ensemble des acteurs concernés autour d’une action cohérente et volontariste. Celle-ci devrait prendre la forme d’une convention de coopération pour l’emploi et l’insertion conclue entre l’Etat, la Région Île-de-France, le Département de Seine-et-Marne, Pôle Emploi et Villages Nature.

2

Des partenariats avec les filières agricole et horticole

Le Plan d’Action Durable de Villages Nature incite fondamentalement les porteurs du projet à favoriser la mise en place de partenariats locaux avec les filières agricole et horticole et le tissu associatif, dans différents domaines tels que les matériaux de construction durables, l’alimentation durable (“circuits courts”), l’exploitation de la Ferme, les “contrats de culture” (pour l’approvisionnement du site en végétaux cultivés en pépinières), les programmes d’animation liés au vivant, voire la mise en place au sein de Villages Nature d’un “Marché du terroir”.
À la suite du débat public de 2011 qui a permis d’identifier un certain nombre d’acteurs potentiellement intéressés et pertinents, plusieurs rencontres se sont déroulées entre Villages Nature et plusieurs d’entre eux, parmi lesquels la Chambre d’Agriculture de Seine-et-Marne, un syndicat agricole, des fédérations de pépiniéristes et horticulteurs, ainsi que divers producteurs locaux et associations… Ces échanges se poursuivront et s’intensifieront au fur et à mesure de la maturation du projet pour aboutir, en fonction des possibilités des filières existantes, à la conclusion de partenariats à long terme.

1

L’amélioration des infrastructures de transport

Pour optimiser l’accessibilité des projets touristiques – au premier rang desquels Villages Nature – ainsi que des nouveaux développements urbains inscrits dans l’avenant du 14 septembre 2010 à la Convention Disney/parties publiques de 1987, cet avenant s’efforce d’intégrer les préoccupations des élus locaux et des riverains du secteur en matière d’amélioration du cadre de vie en général, et des transports en particulier.
En ce qui concerne les transports en commun, il est ainsi prévu de mettre en œuvre :
•    Une amélioration des gares TGV, RER A et routière de la gare de Marne-la-Vallée/Chessy : création d’une gare routière sud à Chessy, mise en place d’un nouveau bâtiment sud de la gare TGV, et réalisation d’un accès sud à la gare RER.
•    Une amélioration de la circulation sur le RER A et la création d’une liaison RER A – RER E entre les gares de Chessy et Esbly.
•    Une intensification des services de navettes avec les aéroports de Roissy et d’Orly.
Concernant les aménagements routiers, il est prévu de fluidifier le trafic du secteur, particulièrement au Sud de l’A4, par :
•    L’extension de l’échangeur autoroutier n°14 de Bailly-Romainvilliers dans sa partie sud, qui permettra de desservir directement l’entrée principale de Villages Nature (située dans la partie Est du projet).
•    Le raccordement de l’autoroute A4, à proximité immédiate de son échangeur 14, à la RN 36, via un “Barreau Est” permettant un délestage de la RD 231.
•    Le doublement de la RN 36 et l’aménagement du Carrefour de l’Obélisque.

3

Les synergies touristiques avec l’Île-de-France et la Seine-et-Marne

Grâce à sa localisation géographique privilégiée et à ses caractéristiques de destination de villégiature de courts et moyens séjours, Villages Nature sera étroitement complémentaire de l’offre touristique et patrimoniale seine-et-marnaise et francilienne, avec laquelle des synergies seront recherchées d’ici à l’ouverture au public en 2016. En particulier, une présence de Seine-et-Marne Tourisme devrait être effective sur le site, comme c’est déjà le cas à Disneyland® Paris. Par ailleurs, des partenariats avec des hauts lieux historiques et culturels du département – Provins, Fontainebleau, Vaux-le-Vicomte… – pourraient être mis en place, par exemple sous la forme de d’excursions ou de randonnées, pour favoriser l’accès des visiteurs de Villages Nature au patrimoine local. Villages Nature sera également un point de départ privilégié pour visiter Paris, ou les Parcs à thèmes de Disneyland® Paris, à la journée

Par ailleurs, au plan institutionnel, Villages Nature a vocation à s’intégrer pleinement dans le “Cluster Tourisme” de Val d’Europe, initié par pouvoirs publics depuis la signature de l’avenant de 2010. Celui-ci a pour but de fédérer les différents acteurs touristiques du secteur – au premier rang desquels Disneyland® Paris – en vue de développer les synergies avec l’ensemble du tourisme parisien et francilien, afin de mieux affronter la compétition touristique internationale entre les grandes destinations de la planète.

6
5